Le post-exotisme en littérature de jeunesse : l’œuvre de Manuela Draeger

Marianne Berissi, « Le post-exotisme en littérature de jeunesse : l’œuvre de Manuela Draeger », communication au Colloque de Cerisy-la-salle des 19-26 juin 2013 : Littérature et culture de jeunesse : configuration des mœurs, dirigé par Christian Chelebourg et Francis Marcoin. À paraître.

Résumé de présentation sur le site :

Exotisme rime bien souvent avec littérature pour les enfants. On peut émettre l’hypothèse de la mort d’une telle littérature, terrassée par la mondialisation tout autant que par la circulation des produits de l’industrie culturelle. Nous voudrions, pour examiner cette question, interroger l’œuvre de Manuela Draeger (1), hétéronyme de l’auteur Antoine Volodine, qui importe dans le domaine de la littérature de jeunesse l’univers post-exotique dont il s’est fait le héraut. À travers les enquêtes de Bobby Potemkine, le lecteur de ces fictions pour la jeunesse est confronté à un univers d’après la catastrophe qui, selon les termes d’Antoine Volodine, est « un monde fantastique que les enfants peuvent visiter ». La question se pose dès lors de savoir à quelle expérience sont confrontés les jeunes lecteurs lors de cette visite et ce qu’elle leur dit des grandes questions de notre époque. On se demandera, en particulier, si ces romans ne sont pas, comme les contes de Mémé Holgolde (2) dans Onze rêves de suie, les moyens les plus sûrs d’armer les enfants contre la dureté du monde.
(1) Dix romans ont été publiés dans la collection « Médium » de L’Ecole des loisirs entre 2002 (Au nord des gloutons) et 2011 (La nuit des mis bémols).
(2) Manuela Draeger, Onze rêves de suie, Editions de l’Olivier.

Marianne Berissi est agrégée de lettres modernes, et maître de conférences à l’IUFM de Paris, Université de Paris IV. Après une thèse sur les lectures d’enfance de Michel Leiris, elle a publié de nombreux articles sur la littérature contemporaine pour la jeunesse comme forme d’expression de la modernité, s’intéressant notamment aux réécritures de contes et aux littératures graphiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *