Le mot de Jason
CHRONIQUE MULTIMEDIA  N°11

Sortie de web dans les décors

 
    Les temps changent. C'est ainsi que pourraient se résumer les transformations que subit l'Internet. Les contenus, étoffés, forment un réseau de données intelligibles, et non plus seulement un réseau de machines qui se disent bonjour. Outre les journaux, radios et chaînes de télé dont nous avons déjà beaucoup parlé, presque toutes les entreprises, petites ou grandes, toutes les administrations, universités, écoles, associations et familles politiques ont leur site web. Et l'on n'hésite plus à le dire dans les médias : on exhibe son adresse web sans complexe, souvent avec une adresse de courrier électronique. Débranché pour l'été, je suis allé voir ça de plus près.
   Ouvert au hasard de mes déambulations, le magazine "Maison française" (juin 1999, n°500), pas particulièrement en pointe de la presse techno, révèle un intéressant constat : 8 pages de publicité sur 10 contiennent l'adresse web de l'annonceur, ce qui n'était pas le cas l'année dernière. Par contre, les articles des journalistes se réfèrent très peu à l'Internet (deux colonnes, intitulées "La déco en réseau"). Les journalistes n'emploieraient-ils pas les nouvelles technologies ? Y verraient-ils un danger pour leur emploi? Est-ce une stratégie éditoriale ? Et puisque je reproche aux journalistes de ne pas inviter les lecteurs sur le web, je vous offre ce bouquet d'adresses publicitaires : très utiles si vous cherchez des idées de décoration avant d'aller vous fatiguer dans les magasins et les embouteillages du week-end. Vous m'envoyez vos remarques, et on en reparle cet hiver! (Ça nous distraiera de l'an 2000...)
   Les pubs cyber dans Maison française, n°500 : www.cartier.com | www.renault.fr | www.roche-bobois.com | www.bebitalia.it | www.fontanaarte.it | www.audi-france.com | www.ligne-roset.tm.fr | www.vuiton.com | www.peugeot.fr | www.boussac-fadini.fr | www.vinsalsace.com | www.cassina.it | www.move.it | www.minotti.it | www.maison-objet.com | www.moroso.it | www.cadillaceurope.com | www.dior.com | www.jean-perzel.com | www.ford.fr | www.duvivier.net | www.constructif.com | www.acova.fr | www.duravit.com | www.teuco.com | www.hansgrohe.fr | www.sarila.com | www.binova.it | www.leroymerlin.fr | www.toiles-de-mayenne.com | www.feng-sui-europe.com | www.sia-deco.com | www.sogal.fr | www.beflux.com | www.soirillustre.be/truc.htm | www.ibazar.com | www.pittimmagine.com | www.daitem.fr | www.mastroraphael.com | www.feriavalencia.com | www.cersaie.it | www.pacific-compagnie.com | www.arkiane.fr

    Même constat publicitaire dans un numéro du magazine "Le Point" (n°1404), avec ici un article sur la dernière folie nord-américaine : le cybervesting, l'investissement boursier des particuliers par le web. Quatre pages où j'apprends que le site web du premier courtier new-yorkais à y avoir cru, Charles Schwab, reçoit ces temps derniers 33 millions de visites... par jour. Il paraît que le e-tsunami arrive en France et au Japon, mais pour vous éviter de mouiller vos économies, l'auteur de l'article n'a donné aucune adresse web, tandis qu'un encadré de la même page est intitulé "le retard français". CQFD.
    Les pubs cyber dans Le Point, n°2405 : www.infineon.com | www.tele2.fr | www.pechiney.com | www.cplus.fr

    Pendant les trois premières années du web en France, si je puis dire (95-98), la pub était plutôt discrète sur le sujet, sauf quand il s'agissait de matériel informatique, et là, elle était plutôt lourde... Les médias, webosceptiques, voire webophobes, eux-mêmes, plutôt webophobes au départ, ou tout au moins webosceptiques, cherchaient leur voie dans ce domaine. Beaucoup la cherchent encore... Temps béni pour les détracteurs : pas une semaine sans qu'un pirate ne pénètre un réseau bancaire ou militaire, pas un mois sans qu'une secte satanique ou apocalyptique, sans qu'une filière pédophile ou zoophile ne soit dénoncée. L'hydre WWW progressait et ses têtes immondes repoussaient partout où de preux journalistes portaient le fer de leur éloquence. Qu'ils continuent, car le cyber-crime progresse. Mais qu'ils cessent de passer sous silence ce qui est intéressant, et qu'ils cessent de nous faire croire qu'ils ne s'en servent pas.
    La firme IBM fut parmi les premiers annonceurs à tenter, à la télévision, de banaliser l'idée d'un réseau de communication mondial, avec une publicité dans laquelle un marin-pêcheur envisageait de vendre sa pêche par Internet. Mais l'étonnement qui apparaissait dans ce film montrait toute la distance entre la vague naissante et la terre promise. L'année suivante, en 98, IBM revenait avec un spot plus ciblé : une grand-mère en costume d'arrière-pays (breton ou savoyard, peu importe) recevait la visite d'un couple de commerçants américains et provoquait leur jalousie en disant qu'elle aussi vendait dans l'Ohio. On ne savait pas ce qu'elle vendait, mais elle était sur Internet. On passait donc de l'étonnement à la surprise jalouse d'une cyber-mondanité.
    Cette année, on elle en  arrive enfin au coeur du problème : la nécessité économique. Et pour cela, rien ne vaut un conseil d'administration japonais, avec, autour d'une table, un PDG autoritaire et une dizaine de cadres supérieurs. C'est en noir et blanc, et en japonais, sous-titré français. Sans conteste, la meilleure pub télé de l'année :
Un conseil d'administration au Japon.
Le PDG : Inacceptable ! Trop cher pour des soupapes !
L'employé quinquagénaire : Mais c'est notre seul fournisseur !
Le jeune quadra : Il y aurait bien "Jacques et Cie"...
Tous : "Jacquenssie" ???
Le jeune quadra : Il nous ont fait une offre sur le web. Moitié prix.
Le PDG : Où sont-ils ?
Le jeune quadra : À Clermont-Ferrand.
Tous : Clermont-Ferrand ?...
En France, un moustachu en salopette badgée "Jacques & Cie", tape à l'ordinateur :
Do-mo a-ri-ga-to !
    IBM France : www.ibm.fr

    Entre des magazines grand public qui gardent encore le web en quarantaine et des mensuels scientifiques spécialisés qui ne parlent que matériel et programmation, sans oublier la presse des jeux électroniques, j'attends un magazine cyber-idéal qui aurait l'impertinence dandy des Inrockuptibles, la précision d'un Télérama, l'esthétisme d'un I-D et le verbe d'un Nouvel Observateur...
    Le Web Magazine est pour l'instant ce qui s'en approche le plus, même s'il a encore du chemin à faire. Ce nouveau mensuel, né en mai 1999, souhaite refléter la diversité du web et des transformations qu'il entraîne. Il renvoie encore l'image de son propre démarrage, à grand coup de bandeaux "Nouveau" et d'aguichantes pages sexy, mais il a déjà l'éclectisme, le ton et la précision. On y invite, par exemple dans le numéro d'août, les e-boursicoteurs et les acheteurs de médicaments à la prudence, on analyse le comportement des cyber-exhibitionnistes (webcamers), on détaille la réussite du "Web Bar" de la rue de Picardie (à Paris) et l'usage fin du moteur de recherche Alta Vista. Et bien d'autres choses. Vous m'en direz des nouvelles !
    Tiens ! Ici aussi, on vous aide à refaire votre appartement ! Décidément, c'est à la mode. Alors, pour entrer dans ce troisième millénaire, vous voulez un style rétro ou un style techno ?
    www.inrockuptibles.com | www.telerama.fr | www.nouvelobs.com | www.lewebmagazine.com | Commission des Opérations en Bourse : www.cob.fr | Index de webcam : www.camdepot.com | Le Web Bar : www.webbar.fr
    Déco (suite et fin) : www.deco-on-line.com | www.conran.co.uk | www.decomania.tm.fr


Patrick Rebollar