Le mot de Jason
CHRONIQUE MULTIMEDIA  N°12

Auteurs au net

    Avez-vous regardé les sites présentés à la toute fin du millénaire précédent ? C'était assez indigent, non ? Entre les belles animations publicitaires, longues et tellement inutiles, et les simples dépliants html-isés des fabricants de meubles, il n'y avait guère de cyber-lieu où choisir et se faire livrer un simple secrétaire à tiroir. Seul le site d'IKEA semble en mesure d'enregistrer une commande en ligne. Et mieux vaut habiter la France, car IKEA International est souvent "too busy".
    Les enchères entre particuliers distants sont peut-être une solution d'avenir. En tout cas c'est une spécificité de l'internet. Un site comme Ibazar est à la fois lieu d'affichage, gardien de l'anonymat des clients et arbitre des transactions, sans commission sur les ventes car financé par la publicité affichée. On y trouve absolument n'importe quoi, avec photo à l'appui, du briquet jetable à l'immeuble de rapport dans un village breton...
www.ikea.fr et www.ikea.com || www.ibazar.fr

    Sur mon vieux bureau (en attendant les progrès du cyber-commerce), je vous commence l'an 2000 ou 00 si vous êtes encore buggé avec des sites d'écrivains et d'artistes francophones. Surtout avec ces artisans qui composent eux-mêmes leur site web. En effet, les sites consacrés à des auteurs par des enseignants, des fans ou des institutions, souvent utiles mais parfois contestables, sont différents des sites créés par des auteurs qui mettent les mains dans le camboui-html et qui en font forcément une nouvelle partie de leur oeuvre.
    Ainsi les sites sur Serge Doubrovsky ou Jean Rouaud auxquels ces auteurs eux-mêmes n'ont pas (encore ?) contribué ne sont pas comparables aux pages créées par François Bon ou Renaud Camus. Le cas de Valère Novarina pourrait bien être l'entre-deux-web qui fait exception à la règle.

    Serge Doubrovsky est cet auteur qui aurait inventé l'autofiction, sans doute bien avant Montaigne ou Rousseau. Le site qui lui est consacré par l'Université de Birmingham contient déjà un entretien à lire (intéressant), une bibliographie, un forum de discussion avec 6 messages, une page avec 3 photos et une liste des 20 personnes s'intéressant à l'autofiction. Il doit y en avoir d'autres, mais elles ne sont pas au courant.
http://artsweb.bham.ac.uk/artsFrenchStudies/sergedou/

    Jean Rouaud, né en 1952, est déjà l'objet de deux sites concurrents. D'un côté, il nous est présenté par un de ses proches lecteurs, avec une bibliographie détaillée. Toutes les traductions, tous les articles écrits par ou sur l'auteur sont recensés, comme pour un chanteur-culte. De brefs extraits de ses romans, des morceaux choisis de préfaces sont à lire, généralement sans photographies. Peut-être y a-t-il là un problème de droits de reproduction. C'est au chapitre des études sur Rouaud qu'on aura le plus à lire, grâce à la complaisance des chercheurs qui ont autorisé la copie de leurs travaux. Ainsi veut-on aussi faire savoir que Rouaud, ex-marchand d'un kiosque à journaux, est déjà un grand auteur dont l'Université se préoccupe.
    "Considérez un marché sursaturé, n'absorbant qu'un infime pourcentage de la production dont l'essentiel part au pilon, et un intrépide solitaire et sans moyens se proposant malgré tout de s'y faire une place. Vous conclurez immédiatement que celui-là n'est pas un chef d'entreprise raisonnable. Vous aurez raison, c'est un romancier." (Écrire, c'est tout un roman)
    De l'autre côté, un site intitulé "Jean Rouaud et Campbon", sa commune d'origine, en Loire-Atlantique, assez détaillé lui aussi et agrémenté de quelques images. Pour vos cadeaux.
http://perso.club-internet.fr/jacquart/ || http://perso.easynet.fr/~yrouby/index.html
 

    Le site de François Bon est tenu par l'auteur, il y donne à lire son curriculum vitae car il continue à effectuer des missions culturelles à caractère social dans les régions ou les pays qui le sollicitent. Son actualité est faite d'apparitions médiatiques et d'interventions dans des sites industriels sinistrés par la crise. On y apprendra qu'il est né en 1953 et qu'il a fait des études d'ingénieur avant d'étudier la philosophie et de commencer à publier en 1982.
    Auteur du très remarqué La Folie Rabelais, en 1990 (Minuit), ainsi que de préfaces aux éditions électroniques de Rabelais sur le site Athena, il publiera cette année Pour Koltès, hommage à l'auteur et ami disparu en même temps qu'art poétique (à lire intégralement sur le site).
    Dans sa riche arborescence, on lira avec attention les textes beaux et édifiants issus de son travail avec des personnes sans abri : témoignages d'un monde bi-millénaire et encore si cruel qu'on se demande comment c'est possible... À lire encore : de nombreux extraits de ses oeuvres, des articles et des conférences regroupés dans son petit musée des textes introuvables. Outre ses travaux, il présente de nombreux compères, romanciers, poètes et dramaturges.
    Attention, vous entrez dans la cyber-dimension littéraire contemporaine.
http://perso.wanadoo.fr/f.bon/accueil.html
Préfaces de Rabelais : http://un2sg4.unige.ch/athena/bon/bon_pref.html

    Renaud Camus, né en 1946, est un auteur, on ne sait pourquoi, quelque peu marginalisé par la presse. Il a pourtant publié une trentaine d'oeuvres depuis 1975, dont Tricks, en 1979, avec une préface de Roland Barthes, d'ailleurs traduit en japonais en 1991, puis Roman roi et Roman furieux, signalés par ses pairs comme des oeuvres importantes.
    Qu'à cela ne tienne, le voici depuis près de deux ans aux commandes de son propre site. Pour lui aussi, l'internet est autre chose qu'un lieu d'affichage auto-publicitaire. Il donne à lire son hypertexte Vaisseaux brûlés "sur le réseau des réseaux qui est son emplacement en quelque sorte naturel tant il se prête à sa structure arborescente". Les nombreux liens insérés dans le texte permettront en effet à chaque lecteur de se construire un parcours de lecture unique et signifiant, ce que le livre de papier n'autoriserait qu'avec un trop visible système de renvois, index ou notes de bas de page...
    Pour une bibliographie détaillée de Renaud Camus, l'éditeur P.O.L fait admirablement son travail. On y trouvera d'ailleurs, dans un catalogue soigné, tous les auteurs de la maison, en même temps que l'actualité du procès intenté par Jean-Marie Le Pen contre le roman de Mathieu Lindon : Le Procès de Jean-Marie Le Pen (1998).
http://perso.wanadoo.fr/renaud.camus/ || http://www.pol-editeur.fr/
 

    Faut-il encore présenter Valère Novarina ? Auteur de théâtre, écrivain autant que dessinateur et peintre. La variété de son travail le rendrait opaque si le site web qui lui est consacré n'était si complet et si beau et assorti d'un impeccable calendrier de son actualité théâtrale. On a l'impression qu'il y participe, ce qui n'est pas impossible, même si ce n'est pas marqué. Très nombreuses images de ses productions scéniques et graphiques dont un superbe diaporama de 32 dessins (avec le Mac Norton ci-contre).
    Né en 1947, son théâtre est joué depuis 1974, mais il est peut-être plus connu depuis le Discours aux animaux (1987) : " Un jour j'ai joué de la trompe ainsi tout seul dans un bois splendide et les oiseaux vinrent se pacifier à mes pieds quand je les nommai un à un par leurs noms deux à deux : la limnote, la fuge, l'hypille, le scalaire, le ventisque, le lure, le figile, le lépandre..."
    Dans un entretien avec Philippe Di Meo (1982), Novarina dit que "la langue française cache ses origines, ses dessous : elle est toujours bien mise, propre, plate, amnésique, hygiénique et nettoyée comme une petite-bourgeoise qui ne veut pas savoir d'où elle vient".
C'est ce genre de mise au net qu'on voudrait lire plus souvent.
www.novarina.com/

    Selon le chiffre officiel, il y aurait 276 revues de création littéraire en France. Et combien de sites comme la superbe et toute nouvelle revue internet Inventaire/Invention ? Ça bouillonne, ça sourd par en-dessous pendant qu'on nous bassine avec le commerce électronique et les e-traders. Si on n'y prend garde, ça nous passe à côté. Ça ne fait pas de bruit, ces petites adresses IP et ces noms de domaine sans publicité. C'est la culture qui passe en silence... celle du nouveau millénaire. Ne la manquons pas.
www.diplomatie.fr/culture/france/ressources/revues/ || www.metafort.org/inventaire/

Patrick Rebollar
berlol@twics.com


Patrick Rebollar