Le mot de Jason
CHRONIQUE MULTIMEDIA  N°16

@bondance de médias ne nuit pas



   La revue Inventaire/Invention, qui vient de recevoir les honneurs de la Quinzaine littéraire (1-15 janvier 2001) et du Magazine littéraire (février), fait figure de pionnière dans le nouveau monde des revues littéraires électroniques. Elle est une réussite dans les trois dimensions qui fondent une revue : qualité des textes, contemporanéité des débats, présentation graphique et une réussite qui dure puisque nous en parlions déjà il y a plus d'un an (Cf. Le Mot de Jason, n°12). Elle propose aussi quelques petits livres pour les fétichistes du papier, et un espace sonore ébouriffant.
    Bien différencier les revues traditionnelles ayant ouvert un site internet de celles qui existent exclusivement sur le web permet de comprendre pourquoi le Magazine et la Quinzaine s'engouent subitement pour les locataires du Métafort d'Aubervilliers : au mépris des deux premières années succède la crainte de rater le coche de la création numérique.
    Les rôles sont déjà distribués : aux nouveaux la fougue des défricheurs, aux anciens l'exploitation du fonds. Ainsi, quand Inventaire/Invention présente des textes décapants, ou tout simplement lucides sur notre temps, de Joris Lacoste ou de Tanguy Viel, le Magazine littéraire exhume ses trésors d'archives (exemple : L'insupportable Proust, par Henri Godard, 1967 !)
Inventaire/Invention : www.metafort.org/inventaire/
Magazine littéraire : www.magazine-litteraire.com/

    Les intellectuels, dont ceux qui dénigraient le web depuis sa naissance, sont de plus en plus nombreux à comprendre que ce qu'offre Internet, ce n'est même pas la visibilité médiatique élargie que vante la publicité, mais une intime disponibilité, conviviale et indifférente aux fuseaux horaires. Lire La République des Lettres, revue électronique née 100 ans après le projet mallarméen éponyme, n'est pas une expérience du même ordre que le feuilletage distrait et tout de même agréable de Lire. Les 6000 articles en ligne (avec des index efficaces, ne vous inquiétez pas), augmentés de livraisons régulières, forment une encyclopédie culturelle critique, bien différente de Webencyclo, tout juste utile aux lycéens.
www.republique-des-lettres.com/index.shtml
Lire : www.lire.fr/
Webencyclo : www.webencyclo.com/

    Beaucoup d'autres revues seraient à mentionner !
    Contentons-nous de celles-ci : Le Matricule des Anges, et son aguichante liste de "rencontres à la une" (voyez Morgiève ci-contre, et allez retrouver Christine Angot en 97 !). La Revue des ressources, visiblement dans la filiation situationniste (avec poésies, entretiens et l'étonnante rubrique Restitutions). La revue Courant d'ombres, à la superbe typographie traditionnelle dans un web ultramoderne. Arob@se, plus scientifique et dont le contenu est maintenant accessible au format PDF. Finissons par une Nuit blanche aux riches archives, je n'en dors plus...
Matricule des Anges : www.lmda.net
Revue des ressources : www.ressources.org/Revue
Courant d'ombres : www.courantdombres.com
Arob@se : www.arobase.to/index.html
Nuit blanche : www.nuitblanche.com/sommaire.htm
 
 

    Malheureusement, ce n'est pas la même euphorie sur le front de TV5 au Japon. Après quelques mois de diffusion gratuite sur Skyperfect, judicieusement interrompue le jour de Noël, place à un nouvel an polémique !
    Qui est coupable ? TV5 France pour avoir donné sa confiance, même temporairement, à des esprits simples ou malintentionnés ? Les Amis de TV5 qui imaginaient rafler le magot sans que personne ne bronche ?
    Mais Internet était là ! Dès octobre 2000, suite à des rumeurs dans les câbles, quelques internautes ouvrent un forum "Gardarem lou TV5 au Japon" sous l'autorité de Christian Bouthier. Agressif autant qu'humoristique, donc, le forum deviendra "Ressusciter TV5 au Japon", sans jamais cesser d'exiger des explications. L'affichage permanent des craintes puis des doléances de plus de 100 personnes gêne les responsables, qu'ils soient commerciaux ou institutionnels, et permet l'alerte rapide d'autres médias. Du coup, article de Brice Pedroletti dans le Monde du 17 janvier 2001, puis lettre envoyée à 12 sénateurs par la déléguée CSFE, Françoise Moréchand, suivie d'un message de l'Ambassadeur de France, Maurice Gourdault-Montagne, le 8 février... Enfin, un article de Richard Werly dans Libération du 28 février. Pour les détails de l'affaire, rendez-vous sur le forum.
    Ce qu'il faut en retenir, au delà d'un hypothétique espoir de retour de TV5 sur nos écrans japonais, c'est le pouvoir populaire que donne la protestation sur le web. Populaire parce qu'économique : pas un centime n'a été déboursé pour créer cet espace d'expression. Populaire parce que subversif : aucun des protestataires n'avait de position sociale ou mondaine suffisante pour se faire entendre seul. Populaire parce que fédératif : sans se connaître au préalable, le groupement virtuel des mécontents a trouvé l'oreille des représentants élus et des responsables.
    Alors si vous avez à vous plaindre, vous savez ce qui vous reste à faire !
Site http://france-japon.net/fjnet/html/ puis choisir "Infos JAPON/Garder TV5 au Japon"
TV5 Asie : http://www.tv5.org/asie/
Les Amis de TV : www.abfahren.co.jp/lesamis/


Patrick Rebollar