ErOs & thanatOs enchaînés au trou vide du néant

samedi 7 février 2009, à 23:59 par Berlol – Enregistrer & partager

Encore un lever à 5 heures pour préparer le cours de l’Institut, qui sera la dernière séance consacrée à Histoire d’O — avec un O comme Odile, comme les orifices de son ventre et de ses reins, pour reprendre les euphémismes réagiens, comme une bouche ouverte par surprise — Ô — ou par autre chose, mais aussi O comme anneau d’esclave passé dans une lèvre, piercing avant la mode, ou comme cercle virtuel d’une initiation menant à la soumission, la déshumanisation et, finalement, erOs & thanatOs enchaînés au trou vide du néant. Ainsi en a-t-on bien fait le tour, je crois…

Déjeuner au Saint-Martin avec T., Laurent et Bill. Il y est beaucoup question de négationnisme, de silence papal et, pour la France, des effets pervers des lois mémorielles. Le bar-purée et le poulet-frites n’ont qu’à bien se tenir.

Chez le coiffeur, avec au moins un mois de retard. Ça boucle à donf. Je dors lamentablement dans le fauteuil ; trop petite nuit pour résister aux soins capillaires et au massage crânien. Heureusement, je peux lui faire confiance. J’en ressors raccourci, rajeuni et ça fait froid dans le cou.

En allant chercher le journal de France 2, j’ai découvert, par le bandeau juste en-dessous, qu’une page web 2.0 rassemblait et détaillait les journaux de France télévision. L’installation de Silverlight est simple et sans problème et le résultat est graphiquement et réticulairement très agréable.
Dans un des sujets d’info, j’entends d’ailleurs parler de MonTimbrenLigne, sur le site de La Poste, et vais de suite en voir la démo. « Le client fournit l’encre et le papier », disait-on aux infos. Certes, mais comme ça doit être amusant de créer soi-même son timbre et de l’imprimer sur l’enveloppe !

In the Valley of Elah (Paul Haggis, 2007) est notre dévédé du soir. Calme, détaillée, passionnante exposition d’un cas de disparition de GI au retour d’Irak. Pas de complot mondial contre les USA, ni poursuite de voitures de police, ni débauche de violence, mais un père déterminé à trouver la vérité derrière le mutisme militaire et la passivité policière. Et ce qu’on y découvre n’est pas beau, c’est comme un cancer généralisé de la jeunesse et donc de l’avenir d’un pays, un gros signal de détresse — excellent titre d’article.

Tags : ,

Publié dans le JLR

4 commentaires

  1. vinteix

    En songeant à G.Luca, on pourrait dire aussi ErOs – HerOs – ZerO, tOut finissant ou commençant dans le grand trOu du zérO

  2. Berlol

    Ah oui ! « ErOs – HerOs – ZerO », très bon ! Et avec ErOs – ZerO, on a un S/Z que n’aurait pas renié Barthes !

  3. Bikun

    Qu’est-ce que « lois mémorielles »?

  4. Berlol

    Salut Bikun,
    Les lois mémorielles sont des lois qui t’imposent ce que tu dois penser de tel ou tel événement historique…