Ma repousse de l’os

vendredi 18 décembre 2009, à 23:59 par Berlol – Enregistrer & partager

Selon le dentiste, ma repousse de l’os est excellente. À terme, elle devrait permettre la pose d’un implant (et à quel prix !). Il faut que ça continue jusqu’en avril… Quand la couronne posée il y a une quinzaine d’années s’est détachée, le mois dernier, il est apparu que le reste de dent sur lequel elle était cimentée avait pourri et qu’il fallait faire vite…
Ai-je trop mangé de bonbons depuis quinze ans ?
Non, c’est un héritage, ça aussi…
Passons à l’American Pharmacy, retrouvée dans la galerie commerciale du sous-sol du Marunouchi Building (nous l’avions perdue quand l’immeuble du coin Yurakucho-Hibiya où je la connaissais depuis mon arrivée au Japon avait été détruit…)

Écoute d’Yves Ravey chez Veinstein, pour son Cutter, le 15 :

AV : « Vous pourriez être tout simplement plasticien…
YR : — Oui, mais… J’en n’aurais pas le… C’est un travail particulier. Je me sens dans l’écriture parce que… il y a cette… alors il y a une nudité, voilà comment j’entends ça. C’est-à-dire une feuille, même plus besoin de feuille puisqu’on est sur du virtuel, avec un écran avec un clavier et donc, ou un stylo, alors que le plasticien, il est dans la démarche matérielle, dans la rencontre physique avec l’objet auquel il se confronte, qui peut être physique, mental, etc., il est avec son matériel et le matériel c’est des peintures, c’est de l’encre, c’est un système graphique informatique, c’est Photoshop, c’est un appareil photo, et ça… c’est des médiums qui peuvent pour moi devenir encombrants, donc je le fais dans ma classe, quand j’ai à dessiner, quand…
AV : — Parce que vous êtes prof, d’arts plastiques, en collège, à Besançon.
YR : — Oui, c’est ça. Oui, alors là, j’ai l’expérience de la manipulation de l’objet […] Donc là il y a toute une matérialité encombrante et comme je vous le disais un peu tout à l’heure, c’est pas contradictoire avec les arts plastiques mais l’aspect qui devient, enfin je dis spirituel, mais mental, on va dire plutôt, me permets de… J’ai besoin d’allègement, et je ne me vois pas avec tout un matériel… J’économise les gestes, en principe. Le fait d’écrire, c’est une économie de gestes.»

Tags : ,

Publié dans le JLR


(Les commentaires sont désactivés).