Le temps perdu sign(ifi)e la défaite

mercredi 27 août 2008, à 23:59 par Berlol – Enregistrer & partager

Ménage, encore et toujours.
Et quand, dans l’appartement à rendre dans quelques jours, je suis en face des faïences de la cuisine et que je les brique pour les ravoir, je me sens nettement mieux que devant mon clavier et mon écran, à partir desquels je n’arrive plus à rien faire avec mes bases de données — effacer, recréer, importer, exporter, mot de passe, etc., ai tout essayé, tout raté, tout laissé en plan. Tout s’embrouille et me gave. Et dire que si ça se trouve, c’est encore un coup de l’hébergeur !

J’ai décidé de ne plus stresser avec ça. Si je n’ai plus de blog pendant trois semaines, eh bien je n’aurai plus de blog pendant trois semaines, ou trois mois. Mais qu’il soit bien clair que l’empêchement vient des problèmes techniques — et non de ma volonté à continuer. D’ailleurs je continue, pour l’instant dans le JLR mensuel. Je me dis que les bons lecteurs sauront me trouver.
On ne sait pas toujours contre quoi on se bat. Cependant, et surtout, le temps perdu sign(ifi)e la défaite.

Peu de littérature, aujourd’hui. Les méchants programmes informatiques l’ont mangée.
Pourtant, ce ne sont pas les lectures qui manquent. Je vois plein d’informations sur la rentrée littéraire. J’avais déjà repéré les vidéos sur Médiapart. Et ce soir, cet intéressant billet de Léo Scheer sur Duvert.

Dînant et après : Lions for Lambs (Redford, 2007). Un film assez bavard, parce qu’assez fin, une sorte d’essai politique filmé. Il faut suivre attentivement, ce n’est pas du grand spectacle. La folie politique américaine s’y montre dans sa récurrence (historique et donc pas seulement américaine), essayant toujours de dissoudre la liberté d’opinion dans la peur sécuritaire et dans la soi-disant mission de défense collective. Une journaliste chevronnée et scrupuleuse, d’un côté, un charismatique professeur d’université, de l’autre, résistent chacun à leur façon, et sans doute sont-ils comme des milliers d’autres, espérant que la folie n’emportera pas tout sur son passage. Mais à la fin, rien n’est moins sûr…

Dans le JLR1, on en est là :

Erreur(s) :

  • 2000MySQL : 1030 – Got error 28 from table handler
  • 2000MySQL : 1030 – Got error 127 from table handler

Tags : ,

Publié dans le JLR

8 commentaires

  1. vinteix

    « la rentrée littéraire », comme tu y fais allusion…
    Comme d’habitude, au final, une impression plutôt pathétique… à pleurer ou à rire, selon l’humeur…
    En tout cas, quand par exemple on lit ça dans « Le Monde », comme partout ailleurs :
    http://www.lemonde.fr/livres/article/2008/08/28/un-peu-moins-de-titres-toujours-plus-d-editeurs_1088770_3260.html#ens_id=1089099

    une suite de chiffres et de titres de romans dans le grand fast-food littéraire (même si, bien entendu, là-dedans, il y a évidemment du bon)…
    L’impression, une fois de plus, que l’époque actuelle résume décidément (mais c’est désormais un fait établi, bien ancré et quasi synonyme) toute la « littérature » au « roman »…

    Je relève malgré tout en effet l’intérêt de ces entretiens vidéo, repérés sur lignesdefuite…

  2. vinteix

    … et surtout Régis Jauffret, qui « sauve la face », si je puis dire, et m’évite de désespérer dans cette avalanche d’histoires romanesques, en parlant du « comble du ridicule » qu’il y a à être écrivain…

  3. Berlol

    Pardon, cher Vinteix, de ne pas avoir répondu à tes récents (et non moins pertinents) commentaires. J’étais occupé tantôt à briquer des carreaux dans une vraie salle de bains, tantôt à remonter les murs virtuels du blog — qui semble maintenant tenir debout.
    En ce qui concerne la rentrée littéraire, je t’ai retrouvé un petit article de derrière les fagots (2001) :
    « Mondialisation de la rentrée littéraire » (dans la revue Histoires Littéraires, n°5) :
    http://www.histoires-litteraires.org/les%20articles/artrebollar5.htm

  4. vinteix

    Je suis à peu près au courant, même si je les suis un peu en pointillés, de tous ces travaux de (re)construction… mais tel le phénix, je vois que malgré tous ces aléas, les choses renaissent…
    Bref, merci pour ce derrière les fagots, qui par un drôle de retour en arrière, chronologique, éclaire d’un jour en effet différent, « mondialisé » et web-alisé (bof, tu as sans doute mieux comme adjectif ?), ladite « rentrée littéraire »…

    Mais ce que je pointais le plus du doigt (pas nouveau non plus, tu me diras) était, au-delà du commerce évident et du « jeu » éditorial qui tend à modeler un certain lectorat (sa part la plus importante, sans doute), l’équivalence, tacite mais patente, du moins dans le discours de la doxa, entre « littérature » et « roman » (même un certain nombre d’auteurs, comme certains présentés en vidéo sur le site de Gallimard – C.Cusset pour n’en nommer qu’une – n’ont pour seul discours quant à leur dernier travail d’écriture : une narration ou des bribes narratives sur l’histoire qu’il vienne de nous pondre… affligeant !)
    « ROMAN » est en effet le terme, renvoyant à un « genre » littéraire, quasi exclusif que l’on peut généralement trouver dans ces pages d’éditoriaux consacrés à ladite rentrée.
    C’est bien ce besoin symptomatique d' »histoires » à tout prix qui m’écœure un peu… et me rappelle la verve avec laquelle Céline fulminait déjà quant à cela (« tout le monde a des histoires, y’en a plein les commissariats des histoires, etc., bref, tout ça c’est de la connerie », etc.).
    Pourtant, sans faire ici de l' »histoire littéraire », tel n’a pas toujours été le cas… en même temps, ce règne, du moins commercial et généralement admis, du « roman » me semble un peu surranné, en rapport notamment aux résonances même du terme…
    Qu’on le veuille ou non, c’est l’époque, qui, au-delà de cette seule « rentrée » et des prix (littéraires) qui lui sont indexés, dont je me moque pas mal en soi, qui se complaît dans ce déluge de « romans » dont la plupart sont bien avant tout des « histoires », comme si la littérature consistait à se vautrer dans la consommation divertissante d' »histoires » (je force à peine le trait)…
    J’arrête là, même si il y aurait évidemment beaucoup à dire, notamment sur des « genres », hybrides ou inclassables (ceux qui retiennent plus mon attention, en fait), que j’appellerai simplement « textes »… ou encore sur le recueil de nouvelles, qui semble (?) devenu un peu marginal… alors que bien souvent, 20 ou 40 pages d’une nouvelle sont largement préférables à 300 pages de certains « romans »…
    sans parler de certains textes classés par les partisans des genres dans les « essais », textes critiques qui sont bien évidemment, dans le meilleur des cas, de la littérature (je ne parle pas là des essais « universitaires », quoique…)
    (mais tout cela n’est pas très vendeur…)

    Alors, quant à la poésie (comme tu y fais allusion dans ton article, en référence à Meschonnic), n’en parlons même pas ! la « petite » ! ça me rappelle toujours cette anecdote, rapportée par M.Deguy, quand à la fin d’une émission de Pivot, celui-ci se tourne vers J.Roubaud et lui lance dans un franc sourire, presque en le tapant du coude : « Alors maintenant, Jacques Roubaud, un p’tit poème ? »
    Amen… paix à son âme, et encore !

  5. Berlol

    « comme si la littérature consistait à se vautrer dans la consommation divertissante d’”histoires” » — en effet, l’être humain semble avoir un besoin irrépressible d’histoires, comme de manger ou d’aller pisser. Ayant comme toi une noble considération pour la littérature, j’ai tendance à repousser ce besoin-là vers le cinéma… Pour ça que je n’en suis pas un bon « critique » alors que je fais nettement mieux, je crois, dans le domaine littéraire.
    La poésie, c’est un peu pareil, comme un iceberg, pour un petit nombre dans la lumière, quelle médusante quantité sous la ligne de flottaison !

  6. vinteix

    Pour l’iceberg poétique, oui, tu as évidemment raison… en même temps, il y a une différence d’échelle énorme : le filet de lumière qui élaire les poètes « élus » n’est en rien comparable aux projecteurs qui illuminent les idoles du roman.
    Quant au besoin de poésie (sans entrer avec Meschonnic dans les batailles de « définitions », au fond, assez vaines), je le tiens pour aussi irrépressible que celui d’histoires, voire plus, en tout cas aussi irrépressible que celui de manger ou d’aller pisser – et il n’y a pas 36 besoins de cet ordre. C’est d’ailleurs ainsi que Chalamov, reprenant aussi Mandelstam, qui affirmait en la vivant la grande égalité de droit entre la ration de pain et la haute poésie, définissait le besoin vital de poésie, le cinquième besoin humain, disait-il, après la faim, la sexualité, la défécation et le plaisir d’uriner.
    Et comme F.Bon rappelait hier ce texte revigorant, « Conseils aux jeunes littérateurs », Baudelaire ne dit pas autre chose : « le besoin le plus impérieux »…

  7. Berlol

    Certes, oui, je suis bien d’accord. Mais nous faisons partie d’un petit groupe humain. Il faut le constater avec dépit plutôt qu’avec fierté. Car comment expliques-tu alors que des centaines de millions de gens se passent très bien de poésie, et te ricaneraient au nez quand tu la mets « haute » ?!…
    Et ne va pas me dire que certains trouvent de la poésie dans un match de foot, une soirée en boîte ou une réunion de cadres le lundi matin.
    Non, parlant toujours et presque uniquement d’écriture, il faut assumer faire partie d’un groupe qui n’a pas tout à fait les mêmes besoins que « tous » les êtres humains.
    Mais rien ne dit que ce groupe est moderne ou plus avancé que les autres. Depuis la nuit des temps, certains humains sont sensibles à la poésie et d’autres pas. Et si l’enseignement peut révéler ou aider certains, en revanche tout prosélytisme et toute tentative d’englobement de tous (type: « vous ne le savez pas mais vous avez besoin de poésie »…) sont voués à l’échec et au ridicule.

  8. vinteix

    Oui, bien sûr, et loin de moi l’idée de faire du prosélytisme…et quand je la mets « haute », en fait, je ne fais que citer Mandelstam qui la met « haute »…
    Donc, j’aurai tendance à conclure comme Spinoza : « tout ce qui est très précieux est aussi difficile que rare ». En même temps, nul snobisme ou élitisme là-dedans, car je reste persuadé que la poésie, comme la philosophie, s’adresse à tout le monde, et je ne suis pas du tout sûr que certains soient sensibles à la poésie et d’autres pas… et si « ridicule » il y a, non moins « ridicule » que le besoin d’histoires…