Dans le même petit colis

vendredi 12 septembre 2008, à 23:59 par Berlol – Enregistrer & partager

T. et moi allons au centre de sport Konami d’Iidabashi, histoire de reprendre de l’exercice. Moins d’une heure pour elle et retour à la maison, toujours à bosser sur ses Mazarinades. Moi, j’y reste un peu plus longtemps, d’autant qu’un petit problème technique s’est présenté (la clé de mon vestiaire est restée coincée dans la porte, il a fallu que je fasse venir quelqu’un). Je suis venu avec un Volodine, quelques pages de Lisbonne dernière marge à relire. C’était l’an dernier mais je reçois le même choc, donné par la même puissance littéraire et imaginaire. Incomparable.

À la médiathèque de l’Institut en fin d’après-midi. J’y commence le dossier sur Emmanuelle Pagano dans le dernier Matricule des anges (96). J’en lis à peu près la moitié, c’est intéressant. Je n’ai encore lu qu’un livre d’elle mais je l’estime beaucoup.
Sa récente réaction vis à vis du blog, où elle s’était peut-être un peu trop exposée et dont elle décide de se retirer, montre bien les possibles limites d’un exercice de salon, tout littéraire qu’il puisse être, lorsque trop d’intime est dévoilé. Le mélange de genre peut mieux convenir à certains qu’à d’autres, selon l’entièreté du caractère, la susceptibilité, etc., mais surtout parce que certains ne produisent que des effets d’intime et ne sont par conséquent pas (ou peu) atteints par des agresseurs qui manquent leur cible. L’intime n’est pas toujours ce qui en a l’apparence ou se prétend en être.
En tout cas, le dernier Pagano sera dans le même petit colis que le dernier Angot. Désolé pour cette promiscuité…

Et toujours, la chronique d’Emaz qui finit ainsi :

« Mais le temps de la poésie est lent, et le présent urge. Il me semble donc nécessaire d’écrire et d’agir, dans une interaction sans confusion des deux pratiques. Cette époque est désespérante, mais s’il y a une efficacité du rien ou du pire, dans l’état actuel des choses, qu’on me la prouve. Pour l’heure, j’en reste au possible encore, donc malgré tout à une forme d’espoir, et au travail du peu.»

Avons vu en deux fois le film L’Enfer (D. Tanovic, 2005), histoire de trois sœurs dont la vie est pourrie par l’erreur de leur mère qui avait dénoncé la pédophilie de leur père. Les hommes y sont tellement nuls qu’on se croirait dans Volver (où c’est assumé). Un peu décevant de mollesse, façon de filmer très consensuelle, rien de remarquable du point de vue esthétique, si ce n’est la présence de mises en abyme (la scène du nid dans le générique, le cours du professeur qui préfère penser destin que hasard, l’épreuve orale consacrée à Médée). Plutôt des traces littéraires, donc, que l’image restitue sans en être elle-même affectée — c’est ce qu’on reproche au cinéma de fait naturaliste et qui répond essentiellement au besoin d’histoires des gens…

Distraction télévisée à 22 heures, c’est le début sur TV5 Monde de la série policière Les Bleus (1ère série en 2006). On se doute que des débutants et des stagiaires dans la police vont faire des erreurs, des bêtises, faire preuve d’immaturité, mais on découvre surtout le mode de vie de l’actuelle génération des 20-25 ans. Très utile pour des pédagogues.

Tags : , , , , ,

Publié dans le JLR

6 commentaires

  1. vinteix

    C’est marrant… il y a une certaine parenté entre ta photo du jour et celle du dernier billet de Didier da Silva dans son blog…
    http://lesideesheureuses.over-blog.com/
    Quant à ce que dit là Emaz, tout à fait… Il y a bien urgence à respirer… et comme le disait Deleuze : « du possible, sinon j’étouffe ».

  2. Philippe De Jonckheere

    Ton lien sur les effets d’intime est brisé.

    Amicalement

    Phil

  3. Berlol

    Merci. C’est ennuyeux : chaque fois que je fais un lien interne à mon site, il est considéré comme contextuel et j’oublie de corriger avec l’adresse entière…

  4. vinteix

    ce qui est plus que bien avec Emaz (comme avec Walser d’ailleurs), c’est qu’on a de l’air !
    (ceci dit, au risque de me retrouver temporairement du moins « dans le même petit colis » – en haut à droite -…)

  5. brigetoun

    sur l’intime cela marche mais pas sur Lisbonne, le site est désolé mais il n’a pas ça

  6. Berlol

    Merci, Brigetoun, c’est réparé. Faut vraiment que je trouve une parade…