Pendant que ça se raccourcit tout autour

samedi 11 octobre 2008, à 23:59 par Berlol – Enregistrer & partager

Couché à une heure du matin pour  — moyennement bien dormi — me lever à six et continuer les notes de cours sur Dora Bruder.
Ce matin, je parlerai du recensement des juifs et de la place de l’étoile. Mais je dois commencer par me présenter devant la pointeuse, dans la salle des profs, et faire reconnaître mon empreinte digitale pour être fiché et payé dans ce camp humain du XXIe siècle.
L’énorme quantité de détails dont je dispose pour expliquer le premier chapitre ne doit pas faire oublier le tour de force initial : nous faire tous passer par le chas de l’aiguille nommée boulevard Ornano. En effet, c’est par la lecture de ce toponyme parisien que Modiano, en 1988, a eu l’attention retenue, dit-il, sur cette minuscule annonce de disparition du 31 décembre 1941, le mot réveillant quelques souvenirs personnels qu’il tente ensuite d’ordonner chronologiquement (enfance, événements d’Algérie de mai 1958, période 1965-68).
Connaissant nous aussi son nom et une bonne partie de sa biographie, nous sommes cependant étonné que Patrick Modiano ne remarque jamais la proximité sonore entre Ornano et Modiano. De même qu’il ne commente jamais le fait que bruder signifie frère en allemand, ce qui, au-delà du nom de la jeune fille disparue, laisse apparaître comme le message subliminal d’un frère adoré, Rudy, dont la mort, en 1957, l’a déstabilisé et amené à faire, comme Dora, une fugue à quinze ans.
Pour le reste, on pourra écouter ici ce que j’en dis (103 min.), en n’oubliant pas que je m’adresse à un public japonais dont le niveau de français est moyen-supérieur mais dont les connaissances culturelles peuvent être très supérieures à la moyenne et aux miennes.
On peut aussi voir et écouter Patrick Modiano sur le site de l’INA, lors de ce qui doit être sa première apparition télé chez Pivot le 20 mai 1977 (dix minutes gratuites, le reste en accès payant) ou la deuxième, le 15 septembre 1978, quand François Mitterrand l’avait fait inviter avec trois autres écrivains, ou peu après, le 20 novembre, lorsqu’il reçoit le prix Goncourt pour Rue des boutiques obscures.
Enfin, voir ou revoir les Puces de Saint-Ouen en 1958, ou en 1965 quand Jacques Prévert y passait.

Déjeuner au Saint-Martin où T. est en retard. J’en profite pour papoter avec mes voisins, les B. dont la sage petite fille commence à bien dessiner. Puis T. arrivée m’explique qu’elle était avec une connaissance du quartier qui risque de divorcer, que la confidence a pris du temps.
Après le café, je passe chez le coiffeur, qui peut me prendre tout de suite. Et malgré le café, je somnole lourdement sur le fauteuil pendant que ça se raccourcit tout autour de ma tête.
Je finis la sieste à la maison avant de me remettre au travail. T. lit souvent des chapitres de Vingt Ans après, que j’entends ou n’entends pas, c’est selon. On en est au milieu, ça va mal pour Henriette et Mazarin est plus hypocrite que jamais.

Pour T., je repasse La Grande Librairie avec Le Clézio et Échenoz. Au second visionnement, ça saute aux yeux, ni Le Clézio ni Échenoz ne sourient ou n’arrivent à une quelconque connivence, que ce soit entre eux ou avec Busnel, qui tend des perches obséquieuses et maladroites, quand il ne coupe pas sauvagement la parole pour garder l’air propriétaire du crachoir…

Tags : , , , , , , ,

Publié dans le JLR


(Les commentaires sont désactivés).