La transe et l’échappée : Antoine Volodine ou l’écriture du désastre

Thierry Saint-Arnoult, La transe et l’échappée : Antoine Volodine ou l’écriture du désastre / thèse de doctorat de Lettres et Sciences humaines sous la direction de Joëlle Gleize, Université de Provence I, juillet 2007, 780 p.

Résumé :

Cette monographie est consacrée à l’œuvre d’Antoine Volodine, considérée en tant que système, de « Biographie comparée de Jorian Murgrave » à « Songes de Mevlido », œuvre qu’il définit par le vocable de « post-exotisme ». elle propose un état des lieux des études volodiniennes et une contextualisation de l’œuvre aux niveaux historique et littéraire. Elle met en valeur les caractères dystopique et métamorphique de l’œuvre, les rapports qu’elle entretient avec l’échec des révolutions, l’intrication étroite entre réalisme et fantastique et la dimension orientale, en particulier chamanique, du post-exotisme. Depuis leur terre d’exil carcérale, les narrateurs post-exotiques proposent une vision fantasmatique de l’histoire contemporaine marquée par le désastre et ils interrogent en filigrane la politique au moment où elle semble menacée d’oubli. Le post-exotisme est une œuvre tombeau. Cette monographie se présente comme un dialogue entre l’univers contemporain et ces voix sur le point de s’éteindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *