Un pachinko nommé Sagan

jeudi 22 janvier 2009, à 23:59 par Berlol – Enregistrer & partager

T. m’appelle à 7h15, une fine pluie brumise Tokyo, comme ici. Je sors à 8h15 pour voir les immeubles qui m’intéressent, et leurs abords ; un seul méritera une visite des deux appartements disponibles (la semaine prochaine). Au bureau à 9 heures et en salle d’examen à 9h10. Mes étudiants ont le droit au dictionnaire, exceptionnellement, parce que j’ai trouvé leur niveau assez bon — assez pour que son usage leur soit bénéfique (ce qui n’est pas le cas avec des étudiants débutants ou peu motivés, contrairement à ce qu’on pourrait croire).

Retour en shinkansen, en écoutant bout à bout les cinq épisodes du Procès Bovary de Sylvie Péju, qui était au feuilleton France Culture la semaine dernière. C’est tout simplement excellent ! Mieux encore qu’auparavant, je réalise qu’au-delà du roman à juger, les audiences et la décision à prendre concernaient la société du Second Empire elle-même, dans son système — comme si, à la façon d’un énorme ectoplasme couvrant des milliers de kilomètres-carrés, elle, cette société qui se voulait d’ordre et de religion, avait instantanément senti et identifié le danger de la piqûre qu’un microscopique parasite venait de lui infliger. La lutte entre les deux orateurs, Ernest Pinard pour l’accusation impériale et Jules Sénard pour la défense de Flaubert, est un combat de géants qui s’envoient des blocs de civilisation à la figure.

Directement à Shinjuku pour rejoindre Laurent, un peu enrhumé, puis T., en pleine forme. Dîner à deux au Saint-Martin en prenant, raisonnablement, le poisson du jour — du bar.

Près de la gare de Shin-Yokohama, j’ai aperçu un pachinko nommé Sagan. Est-ce que ce mot veut dire quelque chose en japonais ? Dans une autre langue ? Est-ce que le patron de l’endroit connaissait l’addiction de notre romancière ? D’ailleurs, je ne sais même pas pourquoi Françoise Quoirez avait choisi ce pseudonyme… Ou si je l’ai su, je ne m’en souviens plus.

Tags : , , , ,

Publié dans le JLR

7 commentaires

  1. christine

    Proust, encore et toujours : c’est le personnage la Princesse de Sagan qui a donné à Françoise Quoirez l’idée de ce pseudo

    pas de poulet/frites aujourd’hui ? te voilà barivore comme un congre desprogien …

    est-ce une bonne idée de hérisser le pont-levis de captcha alors que les commentaires ont déjà tendance à se transférer dans facebook : tu n’es pas tenté de les rappatrier, toi ?

  2. Berlol

    Euh, 200 par jour, on voit que c’est pas toi qui te les effaces…
    Sur Facebook, je recommande aux « amis » de ne pas m’en mettre, et de venir ici.
    Merci pour Proust, je l’avais repensé mais sans certitude, je vais creuser.

  3. christine

    et les « amis » t’obéissent ?

  4. Philippe De Jonckheere

    N’étant pas sur Fesses de bouc, je suis reconnaissant à Berlol de privilégier cet espace.

    Amicalement

    Phil

  5. Caroline

    Un bémol, s’il vous plaît. Sur ce blog, je suis victime d’une malédiction quand je laisse un commentaire. Alors, Facebook pour les gens comme moi, pourquoi pas ?
    C’est mon quart d’heure de parano. C’est pas grave,ça va passer !

  6. Berlol

    Euh… Odile n’a pas encore « obéi », mais je vais sortir le fouet (suis spécialiste, ces jours-ci).
    De toute façon, je rassemblerai les commentaires des deux sources dans la version mensuelle.
    Caroline, je pense qu’avec le captcha, la malédiction va être conjurée !

  7. christine

    j’ai aussi réintroduit des commentaires laissés dans facebook dans mon blog, car je n’aime toujours pas le côté club privé de facebook, mais en toute logique il faudrait demander à chaque commentateur son autorisation