Beaucoup d’espace en bas

mardi 17 mars 2009, à 23:59 par Berlol – Enregistrer & partager

Aux aurores à l’hôpital Toranomon pour une consultation en vue de ma deuxième coloscopie, programmée pour le… 1er avril ! La caméranalyse sous le signe de la blague… Espérons que ce sera au sens propre, c’est-à-dire sans rien trouver de grave…

Visionnage de deux Ce soir ou Jamais, celui de jeudi 12 sur l’OTAN, et celui d’hier sur les nanotechnologies. Le premier plus que moyen, le sujet ne me passionnant d’ailleurs pas, et que Philippe Vasset n’arrive pas à vraiment sauver, du point de vue littéraire ou culturel, alors qu’il ouvre des perspectives intéressantes sur le commerce des armes… Perspectives que les autres referment bien rapidement. Comme quoi ça reste un sujet explosif…
Le second, les nanotechnologies donc, bien meilleur, les invités représentant et livrant un vrai panorama d’approches sur le sujet, et où j’ai le plaisir de revoir Éric Sadin qui m’avait d’ailleurs informé par courriel. Que de chemin de son côté aussi depuis décembre 2005 !

« Il y a beaucoup d’espace en bas.» (Richard Feynman, 1959) — Le problème est, comme d’habitude, comment on l’occupe, ou : retour à l’ontologie du lieu.

Autre lieu (qui sera dans mon programme du séminaire de cinéma) : j’en arrive à la critique poésie du Matricule des anges n°100, où il est question (p. 43) des Poèmes de la bombe atomique de Toge Sankichi qui viennent d’être traduits en français par Ono Masatsugu et Claude Mouchard. L’article s’achève sur cette citation qu’aurait voulu connaître Jean-Christophe Bailly pour être accompagné au fond de l’empreinte du flash (Cf. L’Instant et son ombre, reçu de Philippe, lu et commenté en mai et juin 2008) :

« ce matin-là
un éclair de dix mille degrés
a imprimé sur une épaisse dalle de granit
les hanches de quelqu’un »

… !

Sur TV5 Monde, Violence des échanges en milieu tempéré (Jean-Marc Moutout, 2003), film que je trouve très intéressant — et programmé au bon moment… m’a rappelé Ressources humaines (Laurent Cantet, 2000) puisque c’est mêmement un jeune diplômé qui se retrouve devant les choix compromettants que ses aînés considèrent comme rites de passage. Sauf que le choix effectué par le héros n’est pas le même…

Tags : , , , , , , , , ,

Publié dans le JLR

Un commentaire

  1. brigetoun

    pour le début je n’ose faire des voeux, je serais mal placée.
    Essayer de me passionner (ne pas être autruche) pour les nanotechnologies ? je m’impatiente toujours ou presque, à un moment ou à un autre, en regardant ce soir ou jamais, et ne le fais plus guère